• Comments: 0
  • Posted by: FELINE

FUNMILAYO RANSOME-KUTI,:LA LIONNE DE LISABI

Elle a à son actif l’indépendance du Nigeria, le droit de vote ou encore l’émancipation économique des femmes. Elle c’est « la lionne de Lisabi », Funmilayo Ransome-Kuti cheffe activiste des mouvements éducatifs et anticoloniaux du Nigeria. ZOOM !


LA PIONNIERE

Francis Abigail Olufunmilayo Thomas née le 25 octobre 1900 à Abeokuta est la première élève féminine à l’Abeokuta Grammar school. De son retour de Londres en 1922, où elle poursuivit ses études, elle abandonna son nom anglais, Frances Abigail, pour celui de Funmilayo, qui signifie : « Donne-moi du bonheur » en yoruba. En Angleterre celle qui s’initie à l’anticolonialisme, ainsi qu’au socialisme devient enseignante à l’école des filles de Abeokuta. Première femme à conduire une voiture au Nigeria, unique femme de la délégation nigériane à la Conférence institutionnelle de Londres chargée de négocier l’accession du Nigeria à l’indépendance en 1953 Funmilayo est une femme qui a su marquer l’histoire du Nigeria.


LE DROIT DES FEMMES, SON COMBAT

Enseignante, Funmilayo Ransome Kuti fait de l’alphabétisation une priorité et une arme pour la mobilisation. Ainsi elle crée en 1942 Ladie’s Club d’Abeokuta, une association caritative et féministe, composée de femmes lettrées des classes moyennes. Vu le caractère élitiste du club et dans le but de s’élargir à des femmes défavorisées, des commerçantes pauvres, des analphabètes au bout de quelques années, le Ladie’s Club d’Abeokuta devient Abeokuta Women’s Union (AWU). Funmilayo l’enseignante organise des cours du soir et des ateliers, pour aider en particulier les milliers d’adhérentes de l’AWU à se défendre face aux autorités coloniales. Emprisonnée pour avoir participé à des manifestations de protestation contre les impôts sur les femmes commerçantes, contre les réquisitions et la corruption, pour le droit de vote et la représentation politique des femmes à sa sortie elle se rend en Angleterre pour y attirer l’attention sur la condition des femmes au Nigeria. En 1949 enfin, après des années de lutte, l’AWU obtient l’abolition de l’impôt sur les femmes commerçantes. L’AWU prend de l’ampleur et devient l’Union Nigériane des Femmes.


SA PARTICIPARTION A L’INDEPENDANCE DU NIGERIA

Hormis son combat pour la cause des femmes Funmilayo Ransome Kuti s’engage également pour l’indépendance de son pays. Alors que la colonisation tend à accentuer les divisions identitaires, elle proteste contre la Constitution Richards de 1946, dont l’objectif était de diviser le pays en trois régions indépendantes. Elle multiplie donc ses voyages, participant à des conférences telle qu’en 1953 à la Conférence institutionnelle de Londres pour l’accession du Nigeria à l’indépendance. Ses efforts conjugués payent et l’indépendance du Nigeria interviendra en 1960. Malheureusement en représailles aux actions de son fils Fela Kuti contre la corruption et la dictature, un raid militaire rase sa résidence en 1978 et Funmilayo est défenestrée par des militaires devant son fils. Funmilayo Ransome Kuti Surnommée « la Mère des droits des femmes », meurt des suites de ses blessures quelques mois plus tard.

GNENAN

Laisser un commentaire