Voyage avec Elda

  • Comments: 0
  • Posted by: FELINE

LYHA

La nuit fut très longue pour Lyha, car, elle la passa à se retourner dans son lit, cherchant la meilleure position pour dormir, mais point de sommeil. C’est à croire que le sommeil faisait la grève contre la jeune femme. Le lendemain, elle se leva tôt pour s’apprêter pour le travail. Mais toujours avec l’estomac noué. Elle se demandait ce qui allait lui arriver. Elle avait les mains moites et le cœur qui battait la chamade. En coup de route, Lyha décida de s’arrêter devant une église pour y prier un peu. À sa sortie, la jeune femme continua son chemin, moins anxieuse qu’au départ.

Arrivée à son bureau, Lyha s’efforçait de cacher son anxiété mais c’est sans compter sur la perspicacité de sa meilleure amie et collègue Lima.

  • Dis-moi, qu’est-ce-qui ne va pas ce matin ? Tu n’es pas dans ton assiette.
  •  Tout va bien, ne t’inquiète pas pour moi.
  •  A quelqu’un d’autre, parce que moi je ne te crois pas.

Lima voyait que son amie essayait de lui cacher quelque chose. Elle referma la porte du bureau et vint s’asseoir juste à côté de Lyha.

  •  Chérie, tu sais que tu peux tout me dire. Ça ne sortira pas d’ici.
  •  Tu es sûre que je peux te faire confiance sur ce coup ? Ma carrière en dépend.
  •  Je suis ta meilleure amie depuis toujours et tu sais que je ne pourrai jamais te faire de mal.

Lyha décida, après plusieurs minutes, de dire la vérité à son amie.

  •  S’il-te-plaît, ne me juge pas. Quelque chose s’est passé entre le patron et moi pendant la mission que nous avons effectuée ensemble cette semaine.
  •  Quoi ? Que dis-tu ?
  •  Baisse la voix !
  •  Oooh, excuse-moi. Je suis dépassée. Mais dis-moi comment c’est arrivé ?
  •  Tout ce que je peux te dire c’est que ça été divin. Il est doux, attentionné et serviable. Rien à voir avec le chef énervant et grincheux qu’on a l’habitude d’entendre. Je pourrai même dire qu’il était quelqu’un d’autre.
  • Vu combien de fois tes yeux brillent et les mots choisis pour le décrire, je peux dire que tu es sous le charme.
  •  Pire, je suis amoureuse et ce n’est pas bien. Bref ! Dis-moi, il n’est pas encore arrivé ?
  •  Non. Mais, un conseil, fais attention où tu mets les pieds.
  •  Bien reçu chef !
  •  Bon je te laisse, à plus !

La journée de Lyha allait pour le mieux, jusqu’à ce que son patron fasse son entrée. Il affichait un regard froid, une mine serrée. Il n’adressa aucune salutation et pénétra dans son bureau. Après avoir lu ses mails, sa secrétaire lui donna son programme de la journée. Puis il fit appeler Lyha.

  •  Mademoiselle, le chef vous demande, annonça-t-elle à Lyha.
  •  Merci, j’y vais de ce pas.

Lyha toqua à la porte, tout en se demandant la raison pour laquelle le patron voulait la voir. Elle entra sereinement car, elle ne voulait pas laisser transparaître sa peur.

  • Vous m’avez demandé ?
  • Prenez place je vous en prie.

Lyha pris place en face de son patron qui posa un regard insistant sur elle. Après quelques minutes d’échanges, Lyha sortit, marcha d’un pas pressé et alla se réfugier dans son bureau. La jeune femme pleura pendant longtemps. Son amie Lima l’avait rejoint et essayait tant bien que mal de la consoler même si elle ne trouvait pas les mots justes pour le faire.

  •  Viens dans mes bras ma chérie, pleure autant que tu veux, je suis là pour toi.
  • Qu’ai-je fais pour que ça m’arrive à moi ? Je ne suis pas assez bien ? Pourquoi, il me fait cela ?
  •  Ne te tourmente pas pour rien ma chérie, tu n’as rien fait et c’est vrai que tu ne mérites pas ce qui t’arrives, mais tout arrive pour une raison.
  •  Tu penses qu’il y’a une raison à ce que je me fasse renvoyer pour un rien surtout après une mission que j’ai menée à bien ?
  • Non, mais essaie de te calmer. Attends que je t’aide à faire tes cartons.

Soudain, Lyha essuya les larmes qui perlaient sur son visage, se leva et d’un pas décidé, s’en alla au bureau de son patron, lui cracha ses vérités, tourna les talons et repartit. Elle prit ses cartons que Lima l’aida à transporter dans sa voiture. Elle embrassa son amie, la remercia et démarra en trombe. Arrivée chez elle, Lyha repassa toute la scène dans sa tête et se demanda comment elle a pu être virée de son travail sans préavis. Tout de suite, elle appela son avocat afin de discuter avec lui de la situation. Surtout savoir comment intenter un procès à cette entreprise. Après avoir tout préparé, Lyha était plutôt soulagée, elle sourit légèrement croqua dans une pomme et mis un de ses films préféré pour passer le temps. Sans s’en rendre compte, elle s’endormit.

Un coup de fil la tira de son sommeil.

  •  Allô ! dit-elle d’une voix sourde
  •  Oh ! Debout la marmotte !
  • Laisse-moi profiter encore un peu des avantages du chômage, Cruella !
  • Je vois que tu vas mieux et j’en suis soulagée et même ravie.
  •  Oui ma chérie, je ne vais quand même pas m’arrêter à ce stade. Je considère cela comme une page tournée de ma vie. Parlant de cela, je t’annonce que je les traduis en justice.
  • Tu fais bien ma chère, j’espère avoir ma part du gain lorsque tu auras remporté le procès.
  • ça, je ne te le fais pas dire.
  • Ciao ma chérie, on se voit à ma descente.
  • Bisou, vivement la fin de la journée, bisous ma cocotte !

 

La journée, Lyha la passa à rédiger une stratégie de communication digitale. En effet, depuis longtemps, la jeune femme voulait se mettre à son propre compte, mais entre les voyages, son travail et les réunions, elle n’avait pas le temps d’y penser réellement. C’était l’occasion de le faire. Quelques heures plus tard, elle était heureuse d’avoir pu terminer sa stratégie.

  • Oups ! Il est déjà tard, Lima sera là d’une minute à l’autre, il faut que je m’active.

Elle rangea rapidement son ordinateur et ses affaires, puis se mit à cuisiner. Lima arriva quelques minutes plus tard. Les deux femmes passèrent une merveilleuse soirée au cours de laquelle, Lyha annonça à son amie son idée d’entreprendre. Lima était ravie de la décision de son amie et l’encouragea dans sa démarche.

Les mois passèrent et la petite entreprise de consultance marketing digitale que Lyha avait ouverte commençait à s’imposer. Elle avait gagné son procès et la somme reçue lui avait servi à améliorer ses services et prendre quelques employés. Son bébé devenait de plus en plus grand et elle se donnait à fond dans son travail.

Un jour, pendant qu’elle s’apprêtait pour aller rencontrer un potentiel client, son téléphone se mit à crépiter.

  •  Allô !
  •  Bonjour Lyha, comment vas-tu ?
  •  Je vais bien, merci ! Qui êtes-vous et en quoi puis-je vous aider ?
  • Erwan Baly à l’appareil

Le sang de la jeune fille fit un tour dans son corps, elle resta silencieuse une minute avant de reprendre le fil de la conversation.

  • Que me voulez-vous ?
  •  Oh là ! Quel accueil ? lui dit son interlocuteur.
  • Ecoutez monsieur Baly, je suis présentement occupée. Je n’ai pas le temps de jouer à la dinette avec vous.

C’était son ex-patron à l’autre bout du fil. Lyha essayait de garder la tête froide bien que l’envie ne lui manquât pas de le couvrir d’injures et de lui raccrocher au nez.

  • Désolé, je vais faire court. J’ai besoin de vous parler. Acceptez de dîner avec moi comme cela on aura le temps de discuter.
  • Discuter ? Vous êtes sérieux là ? Et qui vous dit que j’ai l’envie de vous voir et de discuter avec vous ? Surtout après ce que vous m’avez fait.
  • Ecoutez Lyha, c’est l’occasion pour vous de savoir ce qui s’est réellement passé ce jour-là.
  • Non merci, je suis déjà passée à autre chose.
  •  On va faire un truc. Vous venez, et si après trente minutes vous ne vous sentez toujours pas à l’aise vous pourrez rentrer. Qu’en pensez-vous ?

Lyha réfléchi un instant et accepta la proposition.

  •  Ok, j’accepte. 30 minutes, pas plus.
  • Pas plus, je vous le promets. Rendez-vous ce soir au salon de thé à 19h.
  • Ok, bye !

Lyha raccrocha, posa le téléphone et pris sa tête entre ses mains.

  • Que va-t-il encore m’arriver ? se demanda-t-elle.

Elle s’empressa d’appeler Lima pour lui passer l’information. Puis s’en alla à son rendez-vous.

Lyha rentra tôt ce jour et mis du temps à se faire une beauté. Assise devant son miroir, la jeune dame se demandait pourquoi elle mettait tant de soin, pour aller rencontrer une des pages noires de sa vie. Elle-même ne comprenait le paradoxe mais elle était quelque part impatiente de le revoir. Il faut dire que malgré le temps passé et tout ce qu’il avait pu lui faire, Lyha n’était pas arrivée à l’oublier.

18h30 sonna, Lyha s’empressa de prendre son sac, ses clés et la voilà partit pour le lieu de rendez-vous qui était assez loin de son domicile. Elle arriva à temps malgré les embouteillages. Monsieur Baly l’attendait déjà. Dès qu’il l’aperçu, il se leva pour l’accueillir. Arrivée à son niveau, il l’a pris par la taille et posa un doux bisou sur sa joue.

  • Bonsoir, merci d’être venue, vous êtes ravissante.
  •  Merci !

Il lui tira la chaise, puis alla s’asseoir en face d’elle. Il ne pouvait s’empêcher de la dévisager tellement elle était charmante. Lyha à son tour ne pouvait cacher sa gêne, car dès qu’elle l’a revu, tous les souvenirs de cette fameuse nuit lui était remontés à la tête. Elle en avait même eu des frissons. Elle ne pouvait pas oublier ce beau visage frais et cette sculpture digne d’un dieu grec qu’elle avait eu à aimer toute une nuit.

  • Nous allons commander ?
  •  Je ne suis pas venue ici pour manger. Vous avez demandé à me voir, c’est la raison de ma présence. Dites-moi ce que vous me voulez.
  •  Oh relaxe ! Nous sommes venus certes, pour discuter mais l’un n’empêche pas l’autre.

Lyha l’observait. Une partie d’elle voulait s’en aller mais l’autre partie la retenait.

  •  Ok ! Si cela peut vous faire plaisir.

Erwan passa la commande, puis essaya de faire la conversation à Lyha qui était un peu réticente au début. Au fur et à mesure que le temps passait, elle se lâcha et se surprenait à rire aux blagues de celui-ci. Des heures étaient passées. Erwan pris le temps de s’excuser auprès de Lyha pour l’incident surtout pour l’avoir abandonné après le merveilleux moment qu’ils avaient passé ensemble.

  • Tu sais Lyha, je vais te faire une confidence.
  • Je t’écoute.
  •  J’ai démissionné moi aussi, peu de temps après ton départ. Je l’ai fait parce que mes journées n’étaient plus pareilles. Je pensais pouvoir oublier, t’oublier mais je n’y suis pas arrivée. Tu es la première femme pour qui je ressens cela. J’ai donc commencé à te chercher. Comme tu avais changé de numéro, de mails et de noms de réseaux sociaux, je ne savais pas où te retrouver. Et miracle, un jour pendant que je lisais le journal, je suis tombée sur un article parlant du lauréat du prix du meilleur entrepreneur, c’est là que j’ai vu ta photo. Comme ton numéro n’y était pas inscrit, je suis donc passé par le journaliste pour arriver à toi. Et grâce à Dieu je t’ai retrouvé. Même s’il est tard. Je suis content de t’avoir revu.

Lyha resta sans voix. Puis il ajouta,

  • Lyha, veux-tu pardonner à l’idiot que je suis d’avoir abandonné une perle comme toi.

Lyha ne répondit pas.

  •  Prends tout le temps dont tu as besoin pour y réfléchir. J’attendrai le temps qu’il faudra.
  •  S’il-te-plaît raccompagne-moi, je veux rentrer.

Il l’accompagna à sa voiture, lui vola un baiser avant que Lyha ne démarre en trombe. Lyha ne pouvait pas rentrer chez elle. Elle tremblait de tout son être. Elle arriva chez Lima.

  • Bonsoir ma chérie, tout va bien ? lui demanda Lima
  •  Non, c’est la catastrophe.
  •  Attends je t’envoie un thé pour que tu reprennes tes esprits.

Après un instant, Lyha se calma et expliqua tout à son amie.

  •  Que vas-tu faire maintenant Lyha ?
  • Je n’en sais absolument rien. Que me conseille-tu ?
  • Prends du temps pour y réfléchir. Surtout, suis ton instinct et écoute ton cœur.
  •  Merci ma chérie. Je peux passer la nuit chez toi ?
  • Evidemment, tu es ici chez toi.

Les jours passaient, Erwan continuait d’appeler Lyha qui avait commencé à s’habituer à le voir. Elle lui avait pardonné. Sa vie allait pour le mieux, son entreprise aussi et elle s’entendait bien avec lui. Elle ne pouvait pas demander mieux.

Un jour alors qu’elle se rendait à son travail, le concierge lui tendit une enveloppe. Elle l’ouvrit en chemin. L’enveloppe contenait un itinéraire que la jeune dame devait suivre, il y avait à la clé un trésor qu’elle devait découvrir. Ce jeu l’amusait, elle suivit l’itinéraire jusqu’à se retrouver dans un hangar. Elle gara et descendit, sous l’aile d’un avion était dressée une table avec de la bonne nourriture, du bon vin et une belle musique en sourdine.

Elle regarda autour ne vit personne. Il était écrit sur l’une des chaises, asseyez-vous. Elle prit place excitée comme une puce. Sirota un peu de vin. Lorsqu’elle leva les yeux. Il avançait vers elle, d’un pas gracieux, son doux parfum enveloppa l’endroit. Lyha était sous le charme. Il s’approcha d’elle et posa ses lèvres sur les siennes. Lyha ferma tendrement les yeux et profita de cet instant inoubliable. Après quoi, Erwan mit un genou à terre et lui fit sa demande. Lyha était aux anges. Elle lui dit oui instantanément comme si elle attendait ce moment depuis des lustres. Erwan tout heureux la porta jusqu’à l’avion. Quelques minutes plus tard, les voilà partis pour une balade entre amoureux.

 

FIN !

Laisser un commentaire