Voyage avec Elda

  • Comments: 2
  • Posted by: FELIN COMMUNICATION

MANEKA !

Maneka rentra chez elle toute éreintée. Elle venait de passer une journée assez difficile et n’avait qu’une seule chose en tête, se reposer. A peine arrivée, elle s’affaissa sur le matelas tout aplati qui lui servait de couchette et ferma les yeux. Etendue pratiquement à même le sol, Maneka revivait cette journée qui n’a pas été de tout repos. Entre les corvées, les injures de sa patronne et le transport, elle se demandait ce qu’elle détestait le plus. Depuis que la jeune femme s’est retrouvée dans cette situation, elle essaye tant bien que mal de survivre même si elle a l’impression que le sort s’acharne contre elle. Très vite, elle chassa cette idée triste de sa tête. Elle prit une douche et sans diner, elle s’endormie.

Maneka fut réveillée très tôt par sa voisine, une gentille femme qui vivait dans ce taudis avec ses deux enfants depuis le décès de son époux. C’était cette femme qui avait recueilli la jeune fille chez elle un soir d’orage.

  • Maneka, Maneka, lève-toi. Il est 5h du matin et tu dois te préparer pour aller travailler ma chérie.
  • Laisse-moi dormir encore dix minutes, s’il-te-plait !
  • Non, lève-toi maintenant où tu seras en retard, tu sais. Je t’ai mis un peu d’eau chaude dans le seau. Dépêche-toi.

Maneka s’assit sur le matelas, regarda la dame dans les yeux et lui dit. Merci Sonia, que ferai-je sans toi dans cette vie ?

  • Tu me remercieras plus tard, pour le moment va te laver.

Maneka prit sa douche, mis un pantalon et un T-shirt, les deux si délavés qu’elle en oubliait leurs couleurs initiales. Elle lançait un coup d’œil rapide au morceau de vitrail qui lui servait de miroir. Dit au revoir à Sonia et la voilà partie en grande enjambée pour le centre-ville. Maneka n’avait pas suffisamment d’argent pour se payer le transport et pour pallier ce déficit, elle avait trouvé l’idée géniale de se lever très tôt afin de marcher quelques kilomètres avant de prendre un véhicule pour le travail. Ce qu’elle faisait chaque matin pour rejoindre son travail.

Maneka était employée dans un petit restaurant de fortune où elle faisait la plonge, le ménage et aidait à la cuisine pour quelques billets en fin de journée. Avec ce peu d’argent, elle aidait Sonia pour les dépenses de la baraque qu’elles partageaient dans l’un des bidonvilles de la place. Malgré, les difficultés qu’elle traversait Maneka avait conservé ses traits de beauté que la misère avait cachée derrière une montagne de soucis.

Pour la petite histoire, Maneka n’a pas toujours vécu dans l’extrême pauvreté. Elle a visité des pays, voyagé en classe affaire, diner dans les restaurants les plus luxueux des quatre coins du monde, dormi dans des hôtels cinq étoiles, participé à de grands galas et diner d’affaires grâce à sa beauté sur laquelle tous s’accordaient. Elle vivait dans un somptueux appartement au quartier résidentiel, avec plusieurs véhicules à sa disposition pour ses déplacements. Sport, course, shopping et méditation faisait partie du quotidien de la jeune femme qui avait en son temps la cote chez la gent masculine.

Maneka se faisait entretenir par les hommes depuis l’âge de seize ans. C’est la raison principale pour laquelle, elle a arrêté ses études. Chose qu’elle avait troqué contre des voyages et une vie de luxe. A cette époque, Maneka ne voyait pas l’importance des études encore moins du travail, parce qu’elle n’avait qu’à claquer des doigts pour être exaucée. Mais le problème de Maneka, est qu’elle en voulait toujours plus et n’hésitait pas à se donner au plus offrant. C’est ce défaut qui va la conduire à sa perte. En effet, une soirée de vendredi, alors qu’elle prenait un bain relaxant aux huiles essentielles. Quelqu’un sonna à la porte. Surprise, elle se demandait qui cela pouvait être vu qu’elle n’attendait personne. Sa femme de ménage vint lui annoncer la présence de Rodrigue l’un de ses amants.

  • Rodrigue ? que fait-il ici ? Il devrait être en voyage non ? Se demanda la jeune femme.

Elle enfila rapidement une robe en soie qui laissait transparaitre ses courbes généreuses et le rejoignit. Pendant que la jeune dame échangeait avec son visiteur qui insistait pour la faire sortir, la sonnerie se fit encore entendre, cette fois c’était Samuel, un autre de ses amants qui s’annonçait. Apeurée et mal à l’aise, la jeune femme essayait de détendre l’atmosphère en faisant la communication aux deux hommes. La tension était à son comble mais Maneka n’était pas au bout de ses surprises, cerise sur le gâteau, son troisième amant venait de débarquer chez la jeune femme.

La belle soirée qu’elle avait débutée se termina en cauchemar. Après de nombreuses disputes, des éclats de voix et des bagarres, Michel, le troisième amant, par ailleurs celui qui lui avait offert l’appartement, l’a mise dehors après avoir chassé les deux premiers amants de la jeune femme. Maneka avait pleuré toutes les larmes de son corps et supplié Michel de son innocence, il ne l’entendit pas de cette oreille et la vida de son appartement avec pour seules affaires, la tenue qu’elle portait.

Maneka se retrouva en une fraction de seconde sans rien, même pas un téléphone pour passer un coup de fil. Après avoir marché des heures et des

heures, elle arriva à la table d’une vendeuse de fruits en bordure de route et demanda à s’asseoir, ce que la femme accepta. Quelques minutes après, un orage éclata. La dame demanda gentiment à Maneka de rentrer parce qu’elle aussi devait rentrer chez elle.

  • Avec cet orage, il n’y avait plus de clients. Lui dit-elle.

C’est alors que Maneka, éclata en sanglot et raconta toute son histoire à la vendeuse. Celle-ci prise de compassion décida de l’emmener chez elle. C’est ainsi que Maneka avait rencontré Sonia avec qui elle vivait depuis l’incident.

Au début, la jeune dame ne faisait que pleurer parce qu’elle n’arrivait pas à accepter cette nouvelle vie où elle n’avait ni argent ni intimité. Après quelques mois passés à pleurnicher et s’appesantir sur son sort, Maneka décida de se lever, de ravaler sa fierté et de commencer à travailler afin de se prendre en charge. Tout en se promettant de ne plus jamais compter sur les faveurs d’un homme à l’avenir.

C’est ainsi que dans un premier temps, elle commença par accompagner Sonia dans son commerce jusqu’à ce qu’elle trouve ce boulot de plongeuse. Un jour, alors qu’elle revenait à pieds du travail, elle rencontra un groupe d’amis qu’elle avait au moment où elle vivait dans l’opulence. Ceux-ci n’hésitaient pas à se moquer de ce qu’était devenue la jeune femme, elle naguère, si belle et charmante. Elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. Chétive et méconnaissable. Même si Maneka avait joué les durs devant eux, elle avait été profondément abattue par les paroles blessantes qu’ils avaient proférées à son encontre. Arrivée à la maison, Maneka s’effondra, heureusement qu’elle avait Sonia qui était toujours là pour la consoler et lui remonter le moral.

Maneka vivait toujours avec Sonia et ses deux enfants. Elle avait appris à accepter sa condition et disait à qui voulait l’entendre qu’elle était heureuse de vivre à la sueur de son front. Elle se levait de bonne heure pour aller travailler. En sympathisant avec la clientèle, Maneka a réussi à se faire des contacts qui lui ont permis d’avoir un boulot un peu plus décent. Elle reprit l’école en cours du soir. Avant de se tourner vers des écoles de formation pour apprendre le métier d’assistante de direction. De stage en stage, Maneka par son dévouement au travail, obtint une embauche, elle avait maintenant un salaire et de bonnes conditions de travail.

L’argent qu’elle gagnait, elle l’économisait. Quand elle atteignit la somme espérée, Maneka alla voir une agence immobilière pour la location d’un appartement. Elle meubla l’appartement, et un beau samedi ensoleillé, elle fut la

surprise à Sonia. Les deux femmes emménageaient dans cet appartement où chacune avait son espace et même les enfants avaient leur chambre.

Sonia ne savait comment traduire sa reconnaissance à son amie.

Merci ma chérie, tu es un ange descendu du ciel.

  • Tu rigoles j’espère ? lui demanda Maneka. S’il y’a quelqu’un à remercier ici c’est bien toi. Toi qui m’a recueilli et supporté tout ce temps. Tu mérites une fière chandelle. Après ces paroles, elle fit un bisou à Sonia et la serra dans ses bras. Merci pour tout. Lui murmura-t-elle.

Les années passaient, Maneka était redevenue la jeune et belle dame qu’elle était. Elle avait pris de l’âge et sa beauté s’était bonifiée. Malgré les nombreuses propositions des hommes, Maneka restait zen. Elle ne voulait s’encombrer d’un homme. Elle était fière d’elle car, elle avait atteint ses objectifs. Pour la postérité, Maneka avait crée une plateforme d’échange où elle partageait son expérience avec d’autres femmes. Maneka voulait marquer son époque par des actions concrètes surtout en faveur des femmes. Chose qu’elle réussit avec brio avec l’aide de Sonia qui l’épaulait dans ses activités.

Les deux femmes vécurent ensemble pendant longtemps, jusqu’au jour où Sonia convola en justes noces. Assise sur une chaise avec le bouquet à la main, Maneka regardait heureuse et épanouit, la voiture des mariés qui disparaissait derrière les immeubles.

FIN !

Laisser un commentaire

2 commentaires

  • Florent

    Histoire émouvante et pleine de leçons… Revenez-nous avec la suite, il y a sûrement beaucoup à écrire sur la nouvelle vie de Maneka sans Sonia, et la nouvelle vie de Sonia également, ce que sont devenus les enfants de Sonia (ils ont sûrement été influencés par la nouvelle personnalité de Maneka)…

  • Alain Serge

    Belle plume !!!!