• Comments: 0
  • Posted by: FELINE

ARIANE

Ariane savait qu’elle possédait tous les atouts pour réussir et elle les utilisait pour obtenir ce dont elle avait besoin. Une taille de guêpe, un postérieur de rêve, un joli petit minois et cette assurance qu’elle affichait toujours. Le buste bien droit, perchée sur des talons, Ariane ne manquait jamais une occasion de se faire remarquer. Elle n’était pas première de sa classe, mais elle était très intelligente et savait placer ses pions, ce qui lui avait permis de gravir les échelons dans la vie. Elle ne faisait pas dans la dentelle, elle avait soumis le PDG de l’entreprise dans laquelle elle travaillait. Elle se disait toujours, tant qu’à faire, il fallait bien le faire. Et elle le faisait toujours bien. Lorsqu’elle voyait une opportunité pour arriver à ses fins, elle ne s’en privait pas.

Un soir, Ariane devait se rendre à l’anniversaire d’Inès, une de ses collègues, elle prit plus d’une heure pour se faire une toilette. L’odeur de son parfum la précéda, elle fit en sorte d’arriver la dernière sur les lieux pour s’attirer toute l’attention…pari réussi car elle fut la reine de la soirée, tous les hommes ne juraient que par elle, s’attirant par la même occasion, les foudres d’Inès. Elle n’hésita pas à prendre à partie Ariane pour lui en parler. Mais, contre toute attente, Ariane ne s’excusa pas :

    • Ecoute Inès, ce n’est pas de ma faute, si j’attire les hommes comme des fourmis sur du miel. Un conseil, au lieu de m’avoir en horreur, tu devrais faire comme moi…Bref ! Apparemment, je ne suis pas la bienvenue, je me casse d’ici.

    Elle prit son sac et s’en alla, sous le regard étonné d’Inès.

    Elle avait une belle et grande voiture avec toutes les commodités, un bel et grand appartement, une femme de maison, un bon job, que demander de plus ? Elle vivait sa vie à plein temps. Elle voyageait et croquait la vie à pleine dent. Un jour, au cours d’un voyage, Ariane fit la rencontre de Prince, un beau jeune homme frais, mignon et jeune comme elle les aimait. Il ressemblait vraiment à un prince. Tout de suite, ils accrochaient, les deux échangeaient un long moment, Ariane, le regardait avec envie, et faisait déjà les calculs dans sa tête, comment lui mettre le grappin dessus et lui arracher son cœur et son argent. Prince tomba sous le charme d’Ariane, il avait un faible à la base, pour les filles raffinées et sûres d’elles. Ariane et Prince s’étaient plusieurs fois revus après leur première rencontre. De retour au pays, les deux continuaient de se voir.

    Ce qu’Ariane n’avait pas prévu, s’était de tomber éperdument amoureuse de Prince. Pis, elle commençait à négliger Clément, le PDG qui commençait à se poser des questions, mais il se disait qu’elle traversait une mauvaise passe. Lui, était déjà fou d’elle, et ne pouvait plus s’en passer.
    Un soir, à sa descente du bureau, Ariane trouva Prince devant son portail

    • Bonsoir mon chéri, elle lui sauta au cou et lui posa un bisou sur les lèvres
    • Comment tu vas ma princesse ? Tu as passé une belle journée ?
    • Oui, mon prince, Viens, ne reste pas là

    Prince passa la nuit chez Ariane et profita pour lui dire qu’il la présenterait à ses parents le week-end prochain, elle est attendue par tous, surtout sa mère qui s’impatientait de connaitre sa future belle fille. Prince était tout heureux, tandis qu’Ariane était inquiète, sa relation avec Prince devenait très sérieuse. Il parlait mariage et famille. Ariane se demandait ce qu’elle devait faire. Elle ne s’attendait pas à ce que les choses prennent cette tournure mais, elle comptait bien en profiter. Ariane était plus rayonnante que d’habitude et la joie se lisait sur son visage. Assise à son bureau, la jeune femme rêvassait.

      • Mademoiselle Ariane, Mademoiselle ?

    Elle sursauta…

      • Oui, oui, oui
      • Monsieur le Directeur vous demande
      • Merci Madame, j’y vais de ce pas.

    Ariane se repoudra rapidement le nez, prit sa meilleure posture et la voilà en direction du bureau du grand patron.

    • Toc, toc
    • Entrez s’il-vous-plaît ! Asseyez-vous
    • Que se passe-t-il pour que tu ais une mine si renfrognée ?
    • Tu me le demandes ? Cela fait combien de jours qu’on ne s’est pas vu ? Combien de fois que tu trouves des excuses pour m’éviter ? Qu’as-tu à dire pour ta défense ?
    • Ecoute mon choupinet d’amour, je t’aime tu sais, je traversais une mauvaise passe. Mais je me rattraperai, c’est promis. Elle affichait une mine défaite qui attendrit le cœur de Monsieur Assi.
    • Ne fais pas cette tête, je te pardonne
    • Super, merci chéri, rendez-vous ce soir à mon appartement. Je te fais plein de petits bisous.
    • A ce soir mon cœur.

    Ce jour-là, Ariane rentra tôt, elle fit un tour au supermarché pour acheter de l’encens parfumé, des pétales de roses, du chocolat, du vin, de la lingerie fine, tout ce dont elle avait besoin pour passer une nuit de rêve. Comme elle n’aimait pas cuisiner, elle se fit livrer par le meilleur restaurant de la ville. Elle comptait regagner le cœur de son PDG par tous les moyens et ça commençait ce soir.

    19h30, le klaxon de l’appartement d’Ariane retentit, c’était M. Assi qui se tenait à la porte avec une bouteille de champagne à la main. Ariane lui posa un doux baiser sur les lèvres et le fit entrer. Ils mangèrent et bavardèrent tranquillement avant de passer aux choses sérieuses. Ariane aimait Assi pour sa maturité, son savoir-vivre, son élégance, il était âgé certes, mais tellement bien conservé que ses cheveux grisonnants étaient plus une marque d’élégance qu’un signe de vieillesse. Elle aimait aussi son engin, qu’elle n’hésitait pas à embrasser langoureusement avec un cocktail, elle aimait sa manière de lui faire l’amour, elle disait, l’expérience ça compte. Assi savait la prendre tout en douceur, avec fougue, il savait changer la cadence au moment précis où il le fallait. Et ça la faisait hurler de plaisir. Elle adorait son argent mais encore plus le plaisir qu’il lui procurait.

    Ariane à son tour ne se laissait pas faire, de sa petite expérience, elle savait usage de sa bouche, de ses hanches et de tout ce qu’elle pouvait utiliser pour conduire ce charmant monsieur allègrement au septième ciel. A la fin de leurs ébats, son amant prenait le soin de lui demander s’il elle allait bien, si elle avait apprécié la partie, en la couvrant de baisers et en la serrant dans ses bras. Il aimait cette jeune dame parce qu’elle lui apportait beaucoup, outre le sexe elle savait l’écouter, le consoler et le faire rire et cela n’avait pas de prix pour lui. Il se doutait qu’elle voyait d’autres personnes dans son dos, mais il n’y pouvait rien parce qu’elle était jeune, et il n’avait pas d’avenir à lui offrir. Assi rentra chez lui, tout heureux en fredonnant un air de Gadji Celi. Sa femme le regarda et hocha la tête.

    Les jours passaient et Prince préparait activement la rencontre de ses parents avec Ariane, il en était impatient. Il a signifié à sa mère le plat préféré de sa dulcinée, sa boisson préférée, il voulait qu’on lui prépare un copieux repas et qu’on lui réserve un accueil chaleureux. Pour que son amoureuse soit en accord avec les principes de sa mère, il l’emmena faire les boutiques. Une belle robe en pagne assez descente, une coiffure soft et discrète, il lui conseilla de mettre un léger maquillage, des talons pas très haut et de venir avec un bouquet de fleur et une belle bouteille de bissap naturel, sa mère l’adopterait automatiquement. Les jeunes gens se mirent à rire, s’embrassèrent et Ariane rentra chez elle. Le samedi tant attendu était arriva enfin. Ce jour-là, Ariane se leva tôt ; prit sa douche, fit exactement ce que lui avait conseillé Prince. Elle se pointa une heure avant l’heure indiquée, car elle avait plus d’un tour dans son sac.

    Ariane sonna à la porte, la femme de ménage lui ouvrit et l’installa dans le salon, Prince la rejoignit lorsqu’on le lui annonça.

        • Tient, mon amour, tu es déjà là ? Il l’embrassa. Puis appela sa mère. Maman, peux-tu venir un instant, s’il-te-plaît ?
        • Une seconde mon chéri

      Quelques minutes plus tard, elle arriva. Ariane se leva automatiquement.

        • Bonjour les enfants, comment tu vas ma fille et elle lui fit une accolade.
        • Maman, je te présente Ariane, ta future bru
        • Tu as fait un bon choix mon fils, j’espère seulement qu’elle est aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur. Sois la bienvenue Ariane.
        • Merci maman. Tenez, c’est pour vous.
        • Il ne fallait pas te déranger.
        • Cela me fait plaisir de vous l’offrir
        • C’est gentil, merci ma chérie. Je le garde jalousement… Bon, les enfants je vous laisse, je retourne à ma cuisine.
        • Je peux vous aider ?
        • Non, non, tu es notre invitée, installe toi. Mon chéri, prend bien soin d’elle. A plus les enfants !

      Prince fit le tour du propriétaire avec Ariane. Puis les deux s’installèrent dans le jardin, un cocktail de fruits à la main.

        • Je suis content que tu sois là, tu n’as pas encore rencontré papa, t’inquiète, il sera là tout à l’heure. Il est juste allé régler un truc de dernière minute. Les deux échangèrent, lorsqu’une voix se fit entendre dans leur dos. Prince se leva et se dirigea vers son père.
        • Viens papa, j’ai quelqu’un à te présenter. Chérie, je te présente mon père.

      Ariane se retourna, stupéfaite, elle laissa tomber son verre et resta tétanisée.

    • Chérie, que se passe-t-il, accourra Prince,
    • ce n’est rien, j’ai juste failli trébucher en allant vers vous.
    • Je te présente Monsieur Assi Clément, mon père. Papa, je te présente Ariane, ma future épouse…

FIN !

Laisser un commentaire