• Comments: 0
  • Posted by: FELINE

MILENA

Cela faisait bientôt cinq ans que Milena était mariée à Sylvain, un jeune cadre d’entreprise. Sylvain était issu d’une famille aisée de trois enfants dont il était l’ainé. Sylvain avait rencontré Milena à l’occasion d’un gala organisé par son entreprise. Tout de suite, il était tombé sous le charme de la jeune dame qu’il ne mit pas de temps à épouser. Il faut le dire, Sylvain, n’avait pas eu de problème à trouver un job. Vu que sa famille possédait plusieurs entreprises de télécommunications. Frais, élégant, sapeur, il était. Ses collaboratrices bavaient de désir, quand il passait. Mais, Sylvain avait pour devise, de ne pas se faire les filles du bureau. Milena n’en était pas une, Dieu merci, sinon il aurait dérogé à sa propre règle. Milena avait été invitée par sa meilleure amie Christelle qui ne voulait pas être seule ce jour-là. Milena et Sylvain, ce fut le coup-de-foudre, un an après, les voilà qui convolaient en juste noce. Milena avait un travail, un époux qui l’adorait, que demander de plus ? Mais, deux ans après son mariage, le cauchemar de Milena commença. Un soir, à son retour du boulot, Milena trouva sa belle-mère Chantal assise dans le canapé.

    • Bonsoir Maman, ça fait longtemps que vous êtes là ? Comment allez-vous ? On s’est occupé de vous ?
    • Merci, mais, ce n’est pas pour cela que je suis là.
    • Si vous êtes venue pour Sylvain, il s’est absenté pour une mission.
    • Je connais le programme de mon fils et je sais qu’il n’est pas là. Ce n’est pas pour lui, mais plutôt pour toi que je suis là.
    • Pour moi ? Que se passe-t-il Belle maman ? Quelque chose ne va pas ?
    • Evidemment que quelque chose ne va pas. Parce que pour toi, tout va bien ? Tu es marié à mon fils voilà bientôt trois ans et aucun cri de bébé par ici. Et pour toi, tout va bien. Bah, bravo ! Si je me privais de faire des enfants, tu penses que tu aurais eu celui-là à épouser ?
    • Mais, Mam…
    • Ecoute-moi bien, jeune fille. Les défilés sur les escarpins là, c’est terminé à partir d’aujourd’hui. Active-toi, mais je veux mes petits-enfants. Si tu n’en es pas capable, je te prendrai personnellement une coépouse pour faire ton travail à ta place. Mais, quelles sont ces légèretés ? Mon premier fils, sans enfants, je ne peux l’accepter. Déjà que je n’étais pas pour ce mariage brusque et soudain, voici que je dois supporter une belle-fille stérile. Pouah ! Tu es prévenue. Un an, pas plus.

Chantal se leva, laissant planter Milena qui était encore à balbutier ses premiers mots.
Milena s’effondra sur le canapé.

    • Que vais-je faire ? Comment vais-je arriver à donner un petit fils à cette mégère qui ne m’a jamais aimé. Comment ?

Depuis cette conversation, Milena ne fut plus la même. Elle avait comme une épée de Damoclès sur la tête. Elle se sentait prise au piège. La jeune dame avait perdu son sourire d’antan, elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. Milena était devenue la meilleure amie des guides religieux dont certains profitaient de sa détresse. Aux cultes, aux messes, Milena ne manquait jamais une occasion de s’y rendre. Elle faisait toutes les offrandes qu’il fallait mais jusque-là, aucune grossesse.

Un jour, Sylvain remarqua la souffrance et la détresse qui se lisait sur le visage de sa femme qui essayait de faire bonne figure devant lui.

De retour d’un de ses nombreux voyages, il décida de parler avec elle. Il l’a fit asseoir dans la chambre et lui posa une série de questions. Milena en bonne épouse, cacha la vérité à son époux et trouvait comme raison, le travail, le stress, etc. il s’avait que ce n’était pas tout, mais, il ne dit rien et la prit dans ses bras. Trois ans, quatre ans, cinq ans passèrent et chaque année, Chantal revenait de plus belle. Ses petits-enfants.

Milena en avait marre, et elle décida d’en parler à son époux dès son retour du travail. Ce jour-là, Sylvain rentra tardivement et de mauvaise humeur, lorsqu’elle s’approcha de lui, il la repoussa violemment, tout ça c’est de ta faute. Lui dit-il !

Etonnée, Milena ne dit pas mot, et dormi dans le canapé car elle était trop mal pour créer des esclandres. Le lendemain, elle s’en alla comme d’habitude au travail sans voir son époux. Après une journée bien remplie, elle arriva à la maison, Sylvain jouait sur la terrasse avec son neveu Armand qui était venu avec Chantal rendre visite à son fils. Milena leur fit la bise et rejoignit sa belle-mère à la cuisine. A peine a-t-elle posé le pied.

    • Tu vois comment mon fils est heureux ? Cinq ans et rien.
    • Je ne suis pas le bon Dieu, ni dame nature pour décider de cela. Aucune femme ne désire pas avoir un enfant. Si je n’en ai pas encore, ce n’est pas de ma faute. Milena tourna les talons et alla s’enfermer dans sa chambre.Des mois étaient passés, un jour pendant que Milena travaillait à la maison, sur la terrasse. Une jeune femme s’emmena,
    • Bonjour Madame,
    • Oui, bonjour Madame, en quoi puis-je vous aider ?
    • Sylvain ? Mon époux ?
    • Oui, y a combien de Sylvain ici ?
    • Un seul et c’est mon époux. Les rendez-vous, c’est pour le bureau. Ici c’est la maison. Que lui voulez-vous à mon mari.
    • Moi ? Rien du tout. Mais, son fils, oui. Il a besoin de voir son père.
    • Son père ? Madame, sortez de chez moi immédiatement ou j’appelle la sécurité.

Pendant qu’elle la renvoyait de chez elle, Chantal fit son entrée.

  • Elle n’ira nulle part. Seul mon fils peut prendre cette décision.

Milena se retient de couler des larmes, elle ne voulait pas montrer sa douleur devant cette étrangère qui était en train de lui saboter son mariage en complicité avec sa belle-mère.

Le soir, lorsque Sylvain rentra, il trouva les trois femmes dans le jardin. Il prit automatiquement sa femme en aparté puis la calma et lui demanda de rentrer. Elle obéi et sans un mot, elle rentra. Sylvain renvoya la jeune dame, l’enfant et Chantal calmement. Ce problème, ils le règleront plus tard. Sylvain rejoignit sa femme, lui parla de l’enfant qu’elle décida d’accepter sous son toit vu qu’elle n’arrivait pas à lui donner un enfant.

Le problème était maintenant résolu, Milena s’occupait de l’enfant comme s’il était le sien, malgré les reproches et autres injures de sa belle-mère, Milena faisait la sourde oreille. Tant que son mari l’aimait et la soutenait, elle ne s’en inquiétait pas. Trois mois après, la jeune dame se rendit à l’hôpital pour un test de fertilité, elle était décidée à enfanter. Il fallait donc qu’elle trouve le problème afin de pouvoir y remédier. De façon traditionnelle également, elle avait trouvé des médicaments qu’elle utilisait parallèlement. Les examens s’étaient révélés négatifs. Qu’est-ce-qui n’allait donc pas ?

Elle convainquit son époux d’en faire de même. Que ne fut leur surprise, Sylvain avait des problèmes de fertilités qui Dieu merci étaient guérissables suite à des traitements. Si Sylvain, avait des problèmes, à qui était donc ce petit garçon qu’ils élevaient sous leur toit ?

Les deux époux se regardaient. Comme on le dit chez nous, « là où les yeux se croisent, la bouche n’a rien à dire ». Ils rentraient chez eux, décidés à éclaircir cette histoire. Le lendemain, Sylvain convoqua une réunion, entre la mère de l’enfant (Flora, elle s’appelait), sa mère Chantal et son épouse. Les quatre étaient dans le jardin. Sylvain prit la parole.

    • Flora, à qui appartient cet enfant ?
    • Quelle question ? rétorqua Chantal
    • Maman, je m’adresse à Flora
    • Pourquoi cette question ? David est bien ton fils
    • Arrête de te foutre de moi et dis-moi qui est le père de ton rejeton.

Flora garda le silence. Sylvain lui jeta au visage.

    • Cet enfant ne peut être le mien car je suis incapable en ce moment de procréer.

Il leur balança les résultats des analyses et pris la main de sa femme.

    • Je rentre, à mon retour, je ne veux voir personne ici.

Sa mère tomba des nues.

    • Quoi ? Mon fils, incapable de proc…..Non, non, non, je ne peux pas croire cela. Elle suivit son fils dans la maison. Flora tenta de l’appeler pour parler de sa situation.
    • Laisse-moi tranquille, femme infidèle. Tu vois ce que tu as créé ? Prends ton enfant et que je ne te vois plus roder par ici. La jeune femme sortit de la maison.

Les mois étaient passés depuis cet incident. Sylvain et son épouse faisaient des pieds et des mains pour sa guérison. Lui, suivait son traitement au pied de la lettre. Chantal à son tour s’était excusée auprès du couple et jouait à la belle-mère parfaite. Même si au fond d’elle, elle n’appréciait toujours pas Milena qui par courtoisie, la traitait bien. Un soir, Milena s’était activée pour préparer un bon repas pour son mari car c’était son anniversaire. Malheureusement, celui-ci rentra tardivement, pendant qu’elle s’était assoupie dans le canapé.

Le lendemain, à son réveil, elle fit asseoir son mari.

    • Chéri, joyeux anniversaire. Elle posa un bisou sur ses lèvres. Puis continua. Je n’ai ni argent, ni cadeau à t’offrir mais, la plus belle femme au monde ne peut qu’offrir ce qu’elle a. je t’avais fait ton plat préféré hier, mais malheureusement, tu n’as pas pu le manger. Mais, j’ai un petit quelque chose pour toi qui j’espère te comblera.

Elle sortit une petite boite emballée que Sylvain s’empressa d’ouvrir. Il y avait à l’intérieur une carte de vœux qui disait, « Joyeux anniversaire futur papa, je suis enceinte ».

Sylvain sauta de joie et l’embrassa tendre!

FIN !

Laisser un commentaire