• Comments: 0
  • Posted by: FELINE

Gérer une cabine téléphonique, une solution pour devenir autonome !

L’avènement du portable et du numérique a entrainé la création de nombreuses activités économiques, telles que les cabines téléphoniques. Une activité très prisée des jeunes gens en quête de revenus.

Un mini comptoir sur lequel sont disposés : un carton d’œufs préparés et une petite boite de piments secs en poudre. A côté, un paquet de papiers mouchoirs et toutes sortes d’accessoires (chargeurs de batterie, câble de portable…), voici de quoi se compose le dispositif de GuyKouadio, gérant de cabine téléphonique dans la commune de Cocody-Angré.

Guy Kouadio, en plus, d’offrir des services d’appels téléphoniques, vend des forfaits d’appels et autres accessoires. Car, explique-t-il, le transfert d’unités tous réseaux est plus rentable que les appels téléphoniques.

Pour lui, gérer une cabine téléphonique, « est un tremplin ». En effet, il a débuté cette activité en attendant d’obtenir un emploi stable vu qu’il est diplômé en sociologie

L’activité n’est plus rentable, comme c’était le cas les années précédentes, nous confie-t-il. Ce,du fait des bonus qu’offrent les différentes maisons de téléphonie mobile et la possibilité d’effectuer des rechargements via les comptes mobile money. Toutefois, Guy Kouadio arrive à tirer son épingle du jeu. Il gagne en moyenne 50.000fcfa par semaine et avoue que les bénéfices lui permettent de sortir de la galère.

Pour ce qui est des difficultés liées à l’activité, elles se situent à deux niveaux, explique-t-il. Il arrive qu’il se trompe sur le montant de la transaction ou sur le numéro, une situation désagréable, qui entraine souvent des palabres entre ses clients et lui. A cela, il faut ajouter les créanciers qui, sur la base de la confiance, trainent avant de rembourser ou prennent la poudre d’escampette, un manque à gagner pour Guy Kouadio. Aussi faut-il noter le problème de réseau. Mais notre gérant de cabine ne se décourage pas, mieux, il espère en des lendemains meilleurs.

Garder espoir, chercher à faire des petits boulots pour éviter de tendre la main, voici en quelques mots des conseils prodigués par notre interlocuteur.

 Marina KONAN

Laisser un commentaire