• Comments: 0
  • Posted by: FELINE

Team BBF,
A l’affiche de notre sélection littéraire, vous aurez TROIS FEMMES PUISSANTES de Marie NDIAYE et LE MAL DE PEAU écrit par Monique IBOUDO.
La plume de Marie Ndiaye est descriptive, formelle. Elle nous introduit à travers les lignes de son roman dans un monde peuplé d’humains beaux, complexes, tentant de vivre tant bien que mal. Monique IBOUDO première romancière du Burkina Faso, féministe engagée, quant à elle offre avec Le Mal de peau un roman d’une grande sensibilité dont le dénouement se grave dans la mémoire.

TROIS FEMMES PUISSANTES, MARIE NDIAYE

Marie Ndiaye dans une écriture directe sertie de métaphores lumineuses raconte ici avec réalisme et profondeur le destin de trois femmes en marge et néanmoins puissantes.
L’art de Marie NDiaye apparaît ici dans toute sa singularité et son mystère. La force de son écriture tient à son apparente douceur, aux lentes circonvolutions qui entraînent le lecteur sous le glacis d’une prose impeccable et raffinée, dans les méandres d’une conscience livrée à la pure violence des sentiments.
Trois récits, trois femmes qui disent non. Elles s’appellent Norah, Fanta, Khady Demba. Chacune se bat pour préserver sa dignité contre les humiliations que la vie lui inflige avec une obstination méthodique et incompréhensible…
Ce roman obtient le Prix Goncourt 2009.

LE MAL DE PEAU, MONIQUE IBOUDO

Monique Iboudo entremêle dans la narration les itinéraires respectifs d’une mère meurtrie par un viol et de sa fille métisse en quête de son identité. Ce roman qui signe l’acte de naissance de la littérature dite féminine au Burkina Faso est ici analysé du point de vue des modalités de l’irruption de la figure féminine dans la fiction.
Le Mal de peau met en parallèle le destin de deux femmes, Sibila, la mère, et Cathy, la fille. Ces deux femmes vont, chacune dans leur époque, se trouver confrontées au colonisateur blanc. A l’image de son peuple, Sibila sera violée par le commandant de cercle. Née de ce viol, Cathy a du mal à vivre sa différence, et n’a qu’un rêve : retrouver son géniteur. A vingt ans, elle traverse la mer et vient étudier en France. Elle découvre Paris et sa banlieue, l’université, et tombe amoureuse d’un jeune Blanc. Mais après la mère, le destin de la fille sera à son tour marqué par les forces sombres de la colonisation.

Goulby

Laisser un commentaire