• Comments: 0
  • Posted by: FELINE

A l’affiche de ce mois nous avons souhaité vous offrir deux classiques littéraires avec un qui rime bien avec les couleurs de ce magazine spécial indépendance.

les soleils des indépendances, Ahmadou Kourouma

Édité en 1968, les soleils des indépendances de feu Ahmadou Kourouma s’est imposé comme un des grands classiques de la littérature africaine. Au-delà de la fable politique, Ahmadou Kourouma restitue comme nul autre toute la profondeur de la vie africaine, mêlant le quotidien et le mythe dans une langue réinventée au plus près de la condition humaine.
L’auteur offre au lecteur une aventure au sein de la littérature africaine et met la langue française au service de sa culture africaine malinké dans ce roman.
Ahmadou Kourouma ne présente pas Fama comme un héros, mais un homme tiraillé entre sa déchéance en tant que prince et son humanité qui le pousse à être parfois antipathique au lecteur. Il ne s’agit nullement d’une simple critique contre la colonisation, mais plutôt de l’héritage et des profonds bouleversements qu’elle a laissé derrière elle.
C’est là une œuvre qui nous permet d’avoir un point de vue véritablement humain d’un homme qui a voulu profiter de l’ordre nouveau à bâtir, mais qui est nostalgique de son enfance princière.

Le monde s’effondre de Chinua Achebe

Le monde s’effondre de Chinua Achebe montre, démontre ou remontre s’il était besoin, que la religion, tout au moins les grandes religions monothéistes encore dominantes de nos jours sont et ont toujours été des éléments de pouvoir et de soumission. Roman tragique à la langue limpide, le monde s’effondre rend hommage à l’Afrique précoloniale à l’aube de sa décomposition.
Dans le village ibo d’Umuofia, Okonkwo est un homme écouté dont la puissance et le courage sont vantés par tous, un fermier prospère qui veille sur ses trois épouses et sur ses huit enfants, un sage guerrier
jouissant de la confiance des anciens. Son monde repose sur un équilibre cohérent de règles et de traditions, mais l’extérieur s’apprête à violer cette réalité qui semblait immuable : les missionnaires d’abord, les colons britanniques ensuite vont bouleverser irrémédiablement l’existence de tout un peuple…

Goulby

Laisser un commentaire