Belles découvertes

  • Comments: 0
  • Posted by: FELINE

A la découverte d’Elima, une localité chargée d’histoires !

A l’instar des pays développés où se conservent les vestiges du passé comme de précieux trésors. Mais aussi, comme l’identité culturelle de leurs nations, les africains notamment les ivoiriens sont loin derrière. Même si ces dernières années nous sentons un engouement de nos dirigeants à préserver la culture et à la promouvoir, notamment, à travers la démarche pour la restitution de nos œuvres conservées dans des musées européens, bien d’œuvres d’arts, sinon de sites touristiques se meurent, voire disparaissent dans le silence du temps. C’est le cas de Grand-Lahou, Elima… où les dernières marques du temps colonial ont presque disparu.

Pour ce mois, nous avons posé nos valises à Elima, localité située dans la région du Sud-Comoé, en face d’Adiaké et à proximité d’Assinie. Débarqués sur les lieux à l’aide d’une pinasse, nous avons été subjugués par la beauté de l’endroit et le calme qui y règne. Une belle étendue d’eau à perte de vue. Les îles environnantes que l’on observe du bord, nous donne l’envie de tenter l’aventure à la Robinson. Mais nous ne perdons pas de vue notre objectif, celui de marcher sur les premiers vestiges de la Côte d’Ivoire.

Notre guide du jour se nomme Monsieur Ahico, heureux de pouvoir raconter cette histoire vécue par nos aïeuls. Grâce à lui, nous avons fait une visite d’un site chargé d’histoires, connu de peu de personnes. Élima, ce lieu est évocateur pour certains car, il est le berceau de l’école ivoirienne. Elima abrite la première école de la Côte d’ivoire qui est aujourd’hui en ruine ; il n’en reste malheureusement que quelques murs. En plus de la première école, ce petit village est le berceau de l’architecture moderne. En son sein, fut construite la première maison en dur de la Côte d’Ivoire ; celle d’Arthur Verdier. Cette maison dans laquelle sont passés Treich Laplène, Louis Gustave Binger…. Ce village a aussi abrité les premières plantations de café, les premiers tunnels, etc.

A Élima, nous avons pu observer trois des premières pièces d’Arthur Verdier qui constituent la première monnaie de ce pays chez notre guide touristique. Pour ceux qui désirent se reposer loin du tintamarre de la ville, des endroits ont été aménagés pour vous permettre de passer un agréable séjour. Amoureux de découverte, cet endroit est fait pour vous. C’est avec le cœur remplit d’émotions que nous avons quittés ces différents sites que les générations futures n’auront certainement pas l’occasion de voir.

En partant de ce village, nous pensons à l’île de Gorée qui rapporte beaucoup au Sénégal sur le plan touristique puisqu’Élima est au large de lagune Aby.

Vous faire connaître ce lieu pour ceux qui ne le connaisse pas est un plaisir pour nous. Mais c’est aussi l’occasion de tirer la sonnette d’alarme sur ces nombreux sites laissés à l’abandon et qui font partie de notre histoire dans son essence la plus pure.

Marina KONAN

Laisser un commentaire