• Comments: 0
  • Posted by: FELINE

Ina la Bouchère : « ne jamais minimiser un bénéfice en entrepreneuriat »

Ne vous fiez pas à son air jovial et à son humour débordant, en réalité c’est une grande bosseuse avec une grande vision. Pour elle, il n’existe pas de métiers d’hommes, car les femmes ont les capacités pour embrasser n’importe quelle carrière. Pour preuve, elle l’a bien réussi avec la boucherie. Savané épouse Savané Ina Hamed Sy, dit  » Ina la Bouchère » apporte une touche féminine assez spéciale à un métier longtemps exercé par les hommes, le tout avec des innovations dont elle seule détient le secret. Incursion dans l’univers d’Ina la bouchère avec à la clé des astuces et conseils.

ON A L’HABITUDE DE VOIR CETTE ACTIVITE MENEE PAR LES HOMMES. EN TANT QUE FEMME, POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI LA BOUCHERIE COMME DOMAINE D’INVESTISSEMENT ?

D’abord, parce que je suis une grande consommatrice de viande, une amoureuse de viande sous toutes ses facettes. Ensuite, je n’ai jamais voulu faire comme les autres. De plus, il n’y a pas de métiers typiquement réservés aux hommes. Enfin, je passais mon temps à faire des palabres avec mon boucher à cause du poids et je trouvais que la viande n’était pas bien entretenue. Aussi, il y a le manque d’hygiène au niveau de nos boucheries. Il faut dire que les bouchers ne respectent pas totalement le poids recommandé par les autorités quand il s’agit de servir les clients. Je me suis demandé, Pourquoi ne pas essayer d’être bouchère.

QUELLE EST LA PRINCIPALE DIFFICULTE QUI AURAIT PU VOUS STOPPER LORS DU DEMARRAGE DE VOTRE COMMERCE ?

La logistique, car l’activité est basée sur la livraison et mes colis sont frais et ont du poids. Déjà presque toutes les entreprises contactées ne voulaient pas faire nos livraisons, quand ils décident de le faire, c’est à des prix au-delà de nos moyens financiers. Ce qui nous a motivés à acheter nos propres engins (Motos).

QU’EST-CE QUI DIFFERENCIE VOTRE BOUCHERIE DES AUTRES ?

J’ai posé la question à mes abonnés, certains m’ont dit que c’est la diversité de nos produits locaux (volaille, poisson). Pour d’autres, ce sont les produits assaisonnés faits maison. Le fait d’être bouchère est avantageux. Je connais aussi les produits phares des femmes en termes de boucherie.

ON VOIT QU’INA LA BOUCHERE EST TRES ACTIVE SUR LES RESEAUX SOCIAUX. QUELLE PLACE OCCUPENT-ILS DANS VOTRE ENTREPRISE ?

C’est avec le digital que tout a commencé. C’est là, qu’on nous connait. Les Réseaux sociaux occupent les 90% d’importance dans notre entreprise. C’est là qu’on fait tout. On fait nos tests et publie et dans les minutes qui suivent on peut déjà avoir les impressions des clients et voir si oui ou non on peut commercialiser de nouveaux produits. Pour nous, c’est le canal idéal pour faire la publicité et vendre nos produits.

DANS VOS PUBLICATIONS SE DEGAGENT SOUVENT BEAUCOUP D’HUMOUR. SERAIT-CE UN TRAIT DE VOTRE PERSONNALITE ?

Oui ! J’aime la joie, je suis de santé très fragile. La vie est trop courte. Le peu de temps où je ne suis pas malade, je partage la joie. De plus, la joie n’a jamais fait de mal à qui que ce soit. Le bonheur et le sourire apaisent. Les clients me disent Ina quand tu nous parles, nous sommes apaisés. J’ai toujours un truc pour leur arracher le sourire. C’est Ina, c’est moi. Rire….

SI VOUS DEVIEZ VOUS RESUMER EN QUELQUES MOTS, QUELS SERAIENT-ILS ?

Ina La bouchère : la Joie, la petite têtue, parce que quand Ina a quelque chose dans la tête, il faut qu’elle fasse tout pour y arriver, du moment que cette chose n’est pas en désaccord avec sa foi religieuse. Ina c’est aussi une femme battante avec un travail bien fait.

DANS UNE ACTIVITE COMME LA VOTRE, OU VOUS ETES AMENEE A COTOYER LE PLUS SOUVENT DES HOMMES, QUELS CARACTERES METTEZ-VOUS EN AVANT ?

Cela dépend de ce qui se présente à Ina. J’ai cette capacité de vite détecter le caractère des gens dès le premier contact. Et je réagis en fonction de ce qu’on me donne, soit je montre mon côté garçon manqué, soit c’est la douceur.

FACE A L’AUGMENTATION DES DENREES ALIMENTAIRES, LE PRIX DE LA VIANDE AUGMENTE SOUVENT. CE QUI IMPACTE LA BOURSE DES CONSOMMATEURS. EN TANT QU’ACTRICE DE CE DOMAINE, QUE FAITES-VOUS DANS CE GENRE DE CAS POUR MAINTENIR VOTRE CLIENTELE ?

On est obligé de suivre le rythme des prix sur le marché de l’abattoir de Port-Bouet. Quand il y’a une augmentation, on essaie d’expliquer aux consommateurs et clients, les raisons pour lesquelles le prix de tel produit va subir une hausse. Dans d’autres cas, où j’ai la possibilité de prévenir les clients pour les préparer à de telles augmentations, je leur mets la puce à l’oreille.

QUELLES FEMMES VOUS INSPIRENT ?

Mon premier modèle de femme, c’est ma mère. Elle m’inspire tous les jours. Par la suite, la 1ère Dame Dominique Ouattara. Je ne suis pas politique. Mais je vois sa discrétion, son engagement dans le social, pour les enfants et l’autonomisation des femmes.

QUAND VOUS ENTENDEZ FEMME PENSEZ-VOUS A LA BEAUTE OU AU TRAVAIL ?

La Femme c’est le travail, une femme qui travaille, elle est épanouie. Une femme qui travaille est forcément belle. Quand tu es épanouie, la beauté se dégage. La beauté n’est pas forcement physique. Elle est relative. Chez nous quand on dit celle-là c’est une femme, ce n’est pas sa beauté, on voit le côté battant, respectueux, le bon caractère, le comportement qui va avec. Pour moi c’est ça une femme. La beauté vient en second plan.

DANS VOTRE PARCOURS D’ENTREPRENEUR, QUEL EST LE MEILLEUR CONSEIL QU’ON VOUS AIT DONNE ET LEQUEL DONNE VOUS AUX FEMMES QUI SOUHAITENT VOUS EMBOITER LE PAS ?

Ce conseil m’a été donné par mon Père (Paix à son âme) : « Ne jamais minimiser un bénéfice dans l’entrepreneuriat. » Ne dis pas que je vais vendre le kilo de viande, je vais avoir 100 Fcfa comme bénéfice. Un client peut prendre plusieurs kilos, du coup, le bénéfice se multiplie. J’ai partagé mon expérience avec des femmes qui étaient intéressées par la boucherie. Malheureusement, toutes ces dames ont arrêté parce qu’elles trouvaient que le bénéfice était minime.

UN CONSEIL AUX FEMMES ?

Il n’y a pas de métier pour homme. Une femme respectée, c’est une femme qui travaille. L’avantage d’être une femme, c’est qu’on a le côté chic en nous, on doit faire en sorte que tout ce qu’on touche soit classe, élégant. On peut faire mieux que les hommes. Les femmes ont la possibilité d’ajouter de la finesse, de l’élégance et de la classe à tout ce qu’elles touchent.

QUEL GENRE DE FELINE ETES-VOUS ?

Le Lynx. Je suis discrète avec une grande vision.

Marina KONAN